Haïti

 

Présentation d’Haïti

 

Nom officiel : République d’Haïti

Haïti est un Etat situé dans la partie occidentale de l’île d’Hispaniola, la plus grande des îles des Antilles après Cuba, bordée au nord par l’Atlantique, au sud par la mer des Caraïbes et séparée de Cuba à l’ouest par le canal du vent. La République dominicaine occupe la partie Est de l’île. Le pays est constitué principalement de chaînes montagneuses entrecoupées de deux grandes vallées et bordées de plaines côtières. La partie centrale, le long de la frontière dominicaine, forme un grand plateau d’altitude. Le principal fleuve est l’Artibonite.

Un peu d’histoire…

Peuplée par les Taïnos et les Caraïbes à l’arrivée en 1492 de Christophe Colomb, celui-ci baptise l’île Española (« l’Espagnole ») ou Hispaniola. A l’époque coloniale, les cultures vivrières font place à l’exploitation de la canne à sucre, alors que se développe le « commerce triangulaire ». En dépit des efforts espagnols pour repousser les Français, ceux-ci finissent par occuper la partie ouest de l’île qui devient la colonie de Saint-Domingue en 1697 (la future Haïti).

Après une révolte des esclaves menée par Toussaint Louverture à la fin du XVIIIème siècle, l’île proclame son indépendance le 1er janvier 1804 et la colonie de Saint-Domingue prend officiellement le nom d’Haïti (nom que les populations d’origine avaient donné à cette île).

Depuis la proclamation de l’indépendance, l’histoire d’Haïti a été marquée par une succession de régimes dictatoriaux issus de coups d’Etat. Elle a été entrecoupée de quelques alternances démocratiques et d’occupations étrangères. En deux siècles, le pays a connu 22 constitutions (l’actuelle a été adoptée en 1987, après la chute de Jean-Claude Duvalier) et 56 présidents de la République.

Le séisme du 12 janvier 2010 qui a dévasté Port-au-Prince et plusieurs villes du sud du pays a causé de lourdes pertes humaines : entre 250 et 300.000 morts et autant de blessés. Les destructions matérielles et les pertes économiques associées sont évaluées à 8MdsUS$, supérieures au PIB annuel du pays.

La situation humanitaire demeure précaire : l’épidémie de choléra, qui s’est déclarée à la mi-octobre 2010, a provoqué le décès de plus de 7000 malades ; 400.000 Haïtiens vivent toujours sous des abris de fortune.

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (12.200 hommes – réduction prévue de 2750 personnels) mène depuis 2004 une action essentielle pour préserver la sécurité intérieure.

 

 

Données géographiques

- Superficie : 27 560 km2 (Banque mondiale)
- Capitale : Port-au-Prince (environ 3 millions d’habitants)
- Villes principales : Cap-Haïtien, Gonaïves, Hinche, Jacmel (la moitié de la population est urbaine).
- Haïti est composée de 10 départements dirigés par un délégué nommé par le gouvernement
- Langues officielles : le créole (langue parlée par la majorité de la population) et le français (langue d’apprentissage scolaire)
- Langue courante : le créole
- Monnaie : la gourde haïtienne (HTG).
- Fête nationale et de l’indépendance : le 1er janvier

 

Données démographiques

- Population : 10 847 000 habitants (Banque mondiale, 2016)
- Densité : 393 habitants/km² (Banque mondiale, 2016)
- Croissance démographique annuelle : 1,38 % (PNUD, 2010-2015) la moitié de la population est âgée de moins de 20 ans
- Taux de fécondité  : 2,97 enfants par femme (Banque mondiale, 2015)
- Espérance de vie à la naissance : 62,8 ans (PNUD, 2014)
- Taux d’alphabétisation : 48,68 %  (PNUD,2005-2013) – 500 000 enfants en âge de l’être ne sont pas scolarisés
- Religions : 55% catholiques, plus de 40% protestants , mais la proportion est désormais inverse dans les grandes villes ; la pratique du vaudou reste dominante.
- Indice de développement humain : 0,493 – 163ème (sur 188 pays, source PNUD rapport 2016) ; 72 % des Haïtiens vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 2 US$ par jour) et la moitié vivent avec moins d’un dollar par jour.

 

Données économiques

- PIB : 8,023 milliards de US$ (Banque mondiale, 2016)
- PIB par habitant : 739,59 US$ par habitant (Banque mondiale, 2016)
- Taux de croissance :  1,4 % (Institut haïtien de statistique et informatique, 2015)
- Taux de chômage (au sens du BIT) : 27 % (officiel, mais deux tiers des Haïtiens touchés par le chômage ou le sous-emploi)
- Solde budgétaire : -2,39 % du PIB (FMI,2015)
- Taux d’inflation : 12,5 % (2016, Institut haïtien de statistique et informatique)

- Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2014) : primaire (21,4 % –  moitié de la population active) ; secondaire (19,9 % – un quart population active), tertiaire : 56 % du PIB.

- Principaux fournisseurs : Etats-Unis (27 %) et République dominicaine (35 %)
- Importations françaises depuis Haïti : 11,8 M€ (DGT, 2016)
- Exportations de la France vers Haïti : 43,6 M€ (DGT, 2016)

- Communauté française en Haïti : 1 715 inscrits au registre des Français établis hors de France (31/12/2015)
- Communauté haïtienne en France : 58 973 (31/12/2015)

- Section consulaire de l’Ambassade de France : Port-au-Prince
- Consulats honoraires : Cap Haïtien – Jacmel

(Source MFE – Mise à jour : 18.12.17)

 

Préparation au contexte haïtien

Compte-tenu de la dégradation des conditions de sécurité en Haïti, les candidats sont invités à consulter régulièrement « Conseils aux voyageurs » sur la fiche pays « Haïti » du site Internet du Ministère des Affaires Etrangères.

Dans ce contexte, il est vivement recommandé aux adoptants d’organiser leur déplacement en Haïti qu’une fois le passeport de l’enfant établi par les autorités haïtiennes et après que l’accord à la délivrance du visa pour l’enfant ait été donné.

A cet égard, il est rappelé que le seul dépôt des demandes de visas par les crèches n’implique pas leur recevabilité et ne saurait donc préjuger de la délivrance automatique des visas long séjour adoption.

En savoir plus :

 

Fiche modifiée le 25 Juin 2018