Le suivi post-adoption

 

Le devenir de votre enfant, un intérêt commun

 

Un accompagnement dans l’intérêt de votre enfant

Après le bouleversement de la rencontre et une fois de retour en France, votre famille doit se découvrir et se construire dans l’intimité, tout en étant accompagnée par des professionnels. Le suivi post-adoption fait partie intégrante de la procédure d’adoption. Il ne devra pas être négligé.

Le suivi est d’autant plus important que le profil des enfants confiés à l’adoption internationale a changé. Dans tous les cas, chaque enfant arrive avec une histoire. Dans son intérêt, il doit être accompagné.

Pour votre enfant, ces rapports de suivi font partie intégrante de la construction de son livre autobiographique. L’adoption de votre enfant est un va-et-vient entre son passé et son présent, son pays actuel et son pays d’origine. Ainsi, quand il se sentira prêt, votre enfant cherchera des éléments de son passé, et les rapports de suivi que vous avez transmis sont des éléments précieux de son histoire.

Pour l’enfant, l’adolescent ou l’adulte adopté, les rapports de suivi peuvent être perçus comme une preuve d’intérêt de leur pays d’origine. Bien que leur histoire ait conduit ces enfants hors des frontières de leur pays, ce dernier est soucieux de leur développement.

Le suivi post-adoption de votre enfant se matérialise par la réalisation de rapports de suivi post-adoption.

 

Un soutien pour vous, parents

Le suivi post-adoption n’est pas une mesure de contrôle social ou une immixtion dans la vie privée de votre famille. Il constitue une occasion précieuse de vous accompagner les premières années de vie avec votre enfant. Ce regard extérieur est un outil d’intégration réussie au service des parents et des enfants.

En ce sens, le code d’Action Sociale et des Familles prévoit un accompagnement par l’Aide Sociale à l’Enfance :

Art. L. 225-18 du Code d’Action Sociale et des Familles.
« Le mineur placé en vue d’adoption ou adopté bénéficie d’un accompagnement par le service de l’aide sociale à l’enfance ou l’organisme mentionné à l’article L. 225-11 à compter de son arrivée au foyer de l’adoptant et jusqu’au prononcé de l’adoption plénière en France ou jusqu’à la transcription du jugement étranger. Cet accompagnement est prolongé si l’adoptant le demande, notamment s’il s’y est engagé envers l’Etat d’origine de l’enfant. Dans ce dernier cas, il s’effectue selon les modalités de calendrier déterminées au moment de l’engagement. »