Votre enfant et son histoire

 

 
Parler de son adoption à votre enfant

 

Vous accompagner dans la période post-adoption, c’est aussi éclairer vos questionnements sur la manière d’aborder avec votre enfant son histoire et son adoption.

Avant d’arriver dans votre famille, votre enfant a souvent traversé plusieurs lieux de vie. Il a pu vivre avec sa famille « biologique », dans une institution (par exemple un orphelinat), dans une ou plusieurs familles d’accueil. Votre enfant arrive avec son histoire. Quel que soit l’âge de votre enfant au moment de son adoption, son histoire est toujours unique dans sa durée, sa complexité et sa singularité.

 
Pourquoi est-ce important de parler de son histoire et de son adoption à votre enfant ?

Bien que ce soit un sujet sensible, il est nécessaire et essentiel de lui parler de ses origines au moment opportun avec des mots adaptés car son histoire fait partie intégrante son développement. Plus largement, chaque être humain éprouve le besoin de connaître ses origines afin de forger son identité et de se développer dans les meilleures conditions possibles. Pour trouver ses racines, votre enfant doit trouver des réponses à ses questions.

 
A quel(s) moment(s) parler à votre enfant de son adoption ?

Cette question délicate doit être replacée dans le contexte de chaque famille et de chaque histoire. Trouver le temps de parole qui viendra mettre en mot l’histoire, c’est trouver la juste mesure sans trop anticiper ni trop attendre et parvenir à créer les conditions d’une parole juste. Dans une optique bienveillante, vos comportements peuvent parfois être interprétés différemment par votre enfant.
Il est donc conseillé de créer un climat d’ouverture dans lequel votre enfant vous sent à l’aise pour aborder le sujet.

Votre enfant est porteur de sa propre histoire : il doit donc pouvoir choisir le moment qui lui en semble propice pour en parler. Votre disponibilité l’y aidera. Même si votre enfant ne semble pas réceptif, il est possible de poser des mots, sans chercher à faire de grands discours. Votre enfant saura ainsi qu’il peut se confier, dès lors qu’il sera prêt.

 
Comment lui en parler ?

Il est conseillé de répondre aux questions de votre enfant, au meilleur de vos connaissances, en des termes simples, adaptés à l’âge de votre enfant.

Lors des échanges avec votre enfant sur son passé, il peut arriver que vous soyez confrontés à des inquiétudes, à des doutes et des peurs. Votre enfant sentira très vite si un malaise pèse sur l’histoire de son adoption. Il convient d’insister sur le désir et le choix qui ont déterminé son adoption, sur son absence de responsabilité ou de culpabilité dans son abandon, sur la dignité et les contraintes de sa famille et de son pays d’origine qui ont permis l’adoption.

L’album photos de l’institution, de la famille d’accueil et du séjour sur place, les vêtements, les doudous de votre enfant, ou tout autre objet lié à son histoire et à son pays (tickets de bus, carte postale etc.) viennent aussi servir de médiateurs. Ce sont des pages de son livre autobiographique. Pour votre enfant, il est important de les conserver précieusement, afin de contribuer à la transmission d’une partie de son histoire.

Il est important d’être accompagné, de ne pas rester seul face à d’éventuelles difficultés. N’hésitez pas à consulter des professionnels habilités pour parler de l’adoption ou des associations, et ce, pour le plus grand bien de votre famille.

 

Pour parler d’adoption

Parler de l’adoption par l’écriture

Ecrire sur l’adoption est une autre façon de s’interroger sur sa démarche, un autre chemin pour raconter l’histoire de la rencontre avec son enfant, pour en garder une trace, pour la transmettre à votre enfant, pour la partager avec d’autres qui sont dans le même processus. Des ateliers d’écriture peuvent vous accompagner dans cette démarche. Ce sont des lieux où s’entremêlent deux voix, celle de l’auteur et celle du lecteur. Pour que l’émulsion réussisse, certains ingrédients sont indispensables : la bienveillance, le respect et la confidentialité.

Aucun « niveau » n’est requis, aucun préalable n’est exigé : l’écriture est abordable par tous.

Différents types d’ateliers d’écriture existent. Certains proposent de rédiger des textes autobiographiques, d’autres appartiennent au registre de la fiction. Différentes modalités peuvent être proposées (conviviales, autour d’un pique-nique ou d’un goûter ; à distance par l’intermédiaire d’une messagerie électronique, etc.).

Certaines associations départementales EFA proposent ces ateliers.

 
Parler de l’adoption en chanson

Certains adoptés ont choisi de parler de leur adoption en chanson. C’est un autre moyen de mettre en mots son histoire et de se plonger vers ses premières racines. Cette démarche procède d’un désir de mettre sa propre histoire au service de l’histoire collective et de témoigner.

 
Parler de l’adoption en photos

Où commence l’histoire d’un enfant adopté ? Comment se poursuit-elle socialement, professionnellement, psychologiquement, à l’adolescence puis à l’âge adulte ? Comment raconter et transmettre ces parcours atypiques ? Toutes ces questions peuvent être abordées en images.
C’est à travers son métier de photographe qu’Hélène Jayet a pris la parole, il y a quelques années, en partant à la rencontre de dix adoptés, d’âge, d’origines et de milieux sociaux différents. Elle a réalisé, avec leur accord, leur portrait et les a mis en scène avec des objets relatant leurs origines. Ce travail photographique a été complété d’interviews pour mettre en avant les témoignages et les histoires uniques de ses modèles. Ce faisant, Hélène Jayet a mis en images et en mots les conséquences de l’adoption, ainsi que la question des origines. Elle a interrogé l’impact de ces trajets particuliers sur la personnalité au fil des étapes de la vie. Prisme particulier de la photographie, les images renvoient à une interrogation universelle sur la construction de soi à travers l’identité et la culture.