Les rapports d’activité de l’AFA

 

 

 

 

Rapport général – 2018

 

Éditorial

 

 

L’Agence Française de l’Adoption a maintenant 12 ans. Sous la direction et l’impulsion de sa nouvelle directrice Générale, Charlotte Girault, elle effectue un travail d’une très grande qualité, reconnu de ses partenaires en France comme à l’étranger. L’équipe touteentière s’investit pour préparer les familles à la réalité de l’adoption actuelle, les accompagner et rechercher pour chaque enfant une famille qui corresponde à ses besoins particuliers, en multipliant les formations et informations. Elle assure en outre conformément aux exigences des pays, en collaboration avec les départements, les nombreux suivis post-adoption. Elle mène une réflexion sur l’accompagnement de la recherche des origines des enfants adoptés via l’AFA.

L’Agence, comme tous les opérateurs privés français, subit les conséquences de la diminution de l’adoption internationale. En revanche, malgré le temps consacré à la préparation du regroupement avec le GIPED, sa place au sein de l’adoption internationale, a progressé depuis deux années consécutives. Ainsi, en 2018, avec 160 adoptions, elle a réalisé 26,1% de l’ensemble des adoptions internationales (à comparer avec 25,4% en 2017) et 19,52% des adoptions l’ont été en « flux inversé ».

Au moment où est publié ce rapport d’activité, la Ministre a abandonné le projet de fusion entre le GIPED et l’AFA au profit d’un renforcement de la coopération entre les deux GIP à droit constant. Cette décision, dont elle m’a informée le 13 janvier dernier, a le grand mérite d’être claire et de mettre fin à trois années d’incertitude et d’inquiétude des personnels.

En effet, avec loyauté, intelligence et sérieux, plusieurs agents, notamment les chefs de service, ont contribué depuis 2016 à la préparation de cette fusion, ne ménageant jamais leur temps.

Ils ont été confrontés à deux reprises, à deux années d’intervalle, au report du rapprochement par manque de vecteur législatif. Ils ne parvenaient plus à comprendre la finalité de cet énorme travail de rapprochement, très éloigné du cœur de leur métier, l’adoption.

Tout le temps consacré à la préparation du rapprochement entre GIPED et AFA n’a toutefois nullement été inutile. Le protocole établi entre les deux structures a permis aux personnels de mieux connaître la protection de l’enfance dans sa globalité. Les relations entre les directrices et les personnels se sont accentuées. Enfin, le déménagement de l’AFA sur le même site que le GIPED, outre les économies qu’il a fait réaliser à l’agence qui a le souci constant de maitriser ses dépenses de fonctionnement, a été un accélérateur du développement de synergies entre les deux structures.

En 2019, l’AFA va renouveler pour trois années la convention pluriannuelle d’objectifs signée avec ses ministères de tutelle. Elle va aussi développer un partenariat avec l’Inde où elle vient d’être accréditée. Avec l’expertise et les compétences multidisciplinaires de son équipe et son réseau solide de correspondants dans tous les départements, elle dispose d’un savoir-faire qu’elle peut mettre à disposition de ses partenaires, pour élargir ses missions.

 

Joëlle VOISIN
Présidente du Conseil d’administration de l’AFA

 

En savoir plus :