Les rapports d’activité de l’AFA

 

Rapport général – 2015

 

Relever un défi…

 

L’Agence Française de l’Adoption a vécu une année compliquée en 2015. En effet, si j’ai été nommée présidente en mars, il a fallu, du fait des élections départementales, attendre le 17 novembre pour que soient élus les nouveaux représentants des départements au Conseil d’administration. Ce jour-là, Madame Bérangère Poletti, vice-présidente du Conseil Départemental des Ardennes, et Madame Catherine Bossis, vice-présidente du Conseil Départemental de l’Aude, ont été élues vice-présidentes de l’AFA. La présence de représentants des départements est essentielle pour le pilotage de notre Agence et je souhaite travailler avec eux en étroite concertation.

Cette année encore, le nombre d’adoptions internationales réalisées en France a connu une nouvelle baisse. Il s’élève à 815, soit 24% de moins qu’en 2014. Mais la part qui revient à l’AFA, même si elle aussi connaît une baisse, s’établit à 24,7%, ce qui représente son plus haut niveau depuis l’ouverture de l’Agence en 2006. L’AFA a permis la réalisation de 201 adoptions, cela dans 20 pays, notamment dans les pays qui ont signé et ratifié la convention de La Haye où elle réalise plus de 90% de ses adoptions.

Le changement de profil des enfants adoptables – désormais trois enfants sur quatre sont à besoins spécifiques – a nécessité une adaptation de l’Agence avec un accompagnement personnalisé et collectif renforcé des candidats puis des parents adoptifs.

En 2015, une mission a été confiée aux inspections générales des affaires sociales et des affaires étrangères par la Ministre chargée des affaires sociales, la Secrétaire d’Etat chargée de la famille et le Ministre des affaires étrangères afin d’étudier les conditions d’un rapprochement entre les deux groupements d’intérêt public contribuant à la protection de l’enfance en France, l’AFA et le GIPED (groupement d’intérêt public enfance en danger). Cela, dans la perspective de création d’une seule et unique structure dotée de larges compétences au service de la protection de l’enfance et de l’adoption. Le rapport a été remis aux ministres.

L’ambition d’un tel projet est très stimulante. Sa réalisation demandera un important travail pour développer, dans un contexte budgétaire contraint, des synergies entre les deux structures et permettre de consolider les politiques d’adoption et de protection de l’enfance.

Je souhaite qu’avec tous les membres du nouveau Conseil d’administration et l’ensemble des personnels de l’Agence nous puissions relever le défi qui nous est ainsi lancé.

 

Joëlle VOISIN
Présidente du Conseil d’administration de l’AFA

En savoir plus :