Roumanie : origine ethnique des enfants

 

L’Autorité Centrale roumaine, l’ANPDCA (Autorité Nationale pour la Protection des Droits de l’Enfant et l’Adoption) a informé l’AFA que l’origine ethnique des enfants n’était plus un critère de sélection dans le processus d’apparentement.

En effet, la plupart des enfants adoptables en Roumanie n’ont pas d’origine ethnique déclarée et sont enregistrés comme tels dans le registre de l’adoption nationale (RAN). Il est impossible de déclarer celle-ci uniquement sur l’apparence physique de l’enfant, ce qui serait une discrimination. Par ailleurs, dans de nombreux cas, le père de l’enfant est inconnu.

Ainsi, lors d’un éventuel apparentement l’ensemble des informations contenues dans le dossier de l’enfant et des candidats sont examinés. Il est toutefois impossible de tirer des conclusions d’hypothèses, comme par exemple à partir du prénom ou nom de naissance de l’enfant ou sa région d’origine. Ce sont les éléments factuels qui seront pris en compte comme l’âge, le sexe, l’état de santé…

Sans origine ethnique déclarée pour un enfant, tous les dossiers enregistrés des familles seront examinés et ce même si elles ont indiqué une restriction pour une origine bien précise.

A la réception de la proposition d’apparentement, la famille peut refuser cette dernière.

L’AFA attire l’attention des candidats à l’adoption sur la réalité du profil des enfants proposés à l’adoption internationale par la Roumanie : il s’agit à ce jour très majoritairement de garçons et avec de très probables origines rom. Ainsi, une famille souhaitant adopter uniquement une fille d’origine ethnique roumaine peut attendre une éventuelle proposition plusieurs années.