Une femme célibataire, française, d’origine camerounaise, souhaite adopter sa nièce née en 1994 et v…

Une femme célibataire, française, d’origine camerounaise, souhaite adopter sa nièce née en 1994 et vivant au Cameroun en adoption simple. Il y a consentement officiel de la mère de l’enfant à  l’adoption. Peut-elle adopter sa nièce ? Doit-elle passer par un agrément en vue d’adoption ?

Vous trouverez ci-joint un document en préparation sur l’adoption d’enfants identifiés.

Un agrément est, bien sûr, nécessaire pour les adoptions intrafamiliales à  l’exception de l’adoption de l’enfant du conjoint.

S’agissant du Cameroun, il existe des adoptions simples et plénières. Pour les intrafamiliales, la plupart des adoptions sont simples avec homologation devant le juge.

Il est indispensable d’informer la MAI avant même de commencer la procédure d’adoption en demandant toutes informations utiles pour avoir une chance de se voir délivrer le visa.

Le visa long séjour adoption n’est délivré que si l’adoption est dans l’intérêt supérieur de l’enfant, ce qu’il convient de démontrer surtout à  cet âge là , et qu’il ne s’agit pas d’un détournement de procédure pour faire venir la fillette en France.

Il faut naturellement produire en sus de l’agrément des actes authentiques camerounais, acte de naissance de l’enfant avant adoption et modifié par l’adoption, consentement libre, éclairé et sans contrepartie des administrateurs légaux de l’enfant, décision locale définitive d’adoption.

 

En savoir plus :

Dans : Enfant identifié