Adoption et santé

Un état de santé qui reflète la situation sanitaire des enfants dans le monde

 

Il y a une vingtaine d’années, les enfants adoptés à l’étranger étaient originaires de quelques pays seulement.

Aujourd’hui, ils proviennent d’une quarantaine de pays et de tous les continents. L’âge de ces enfants à leur arrivée en France est également très varié : Les deux tiers sont âgés de plus de 3 ans. Ils ont pu vivre dans des conditions sanitaires parfois insuffisantes et avec des modes de prise en charge de qualités différentes.

Les études menées sur le sujet montrent qu’un nombre significatif d’enfants arrivent en France avec des problèmes de santé de gravité variable. Elles font aussi observer que la santé réelle des enfants à leur arrivée dans leur foyer adoptif ne correspond pas toujours aux rapports médicaux établis en préadoption, par les autorités de leur pays. Tantôt les conditions sanitaires locales n’ont pas permis un diagnostic ou la mise en œuvre de soins, tantôt il s’agit de maladies simplement non dépistées (faute de moyens adéquats), voire sciemment occultées. A l’inverse, des études conduites sur des enfants adoptés en Europe de l’Est ont révélé que ces rapports comportaient souvent de multiples diagnostics non confirmés lors du bilan postadoption, troubles parfois mis en avant pour favoriser l’adoption hors du pays et donner en quelque sorte une chance à l’enfant. Car, dans l’esprit de la CLH de 1993, l’adoption internationale est une mesure subsidiaire de protection de l’enfance. Et il faut justifier, auprès des autorités judiciaires de ces pays, que l’adoption de l’enfant dans un pays étranger est consécutive à son état de santé, quitte à le majorer.

Si vous entreprenez un processus d’adoption internationale, une connaissance la plus complète possible des données médicales personnelles et familiales de l’enfant est importante afin de fonder votre décision et, ultérieurement, de permettre aux enfants porteurs de pathologies chroniques ou qui auraient subi des carences, de bénéficier le plus tôt possible, dès après leur arrivée en France, des soins les plus adaptés et d’un suivi médical adéquat. Dans certains pays, les données médico-psychologiques concernant l’enfant sont très détaillées et fiables. Dans d’autres pays, ces données sont insuffisantes et les adoptants pourront, sur place, recueillir de plus amples informations sur la situation sanitaire de l’enfant. L’AFA met à la disposition des adoptants qui se rendent dans le pays d’origine de l’enfant, un document qui peut leur servir de guide pour poser les questions utiles sur l’histoire médicale, développementale et sur la situation psycho-affective de l’enfant.

En savoir plus :
puce-8x11 Le rapport médical sur l’enfant_(Juillet_2013)
puce-8x11 Conseils généraux pour les parents